SAME SAME BUT DIFFERENT - Glossaire

Paru initialement dans le numéro ‘Dekoloniseer’ [Décoloniser] de la revue Rekto:Verso, ce glossaire a été composé grâce à Ann Overbergh, Maryam K. Hedayat, Joachim Ben Yakoub, Olivia Rutazibwa, Rachida Aziz, Eline Mestdagh, Tunde Adefioye & Gerardo Salinas.

Appropriation culturelle

On parle d’appropriation culturelle quand un groupe culturel exerçant un pouvoir ou une domination sur un autre groupe reprend des éléments des symboles et de la culture de ce second groupe pour consolider ou souligner sa propre identité. Citons pour exemple l’utilisation d’une photo emblématique du mouvement Black Panther sur l’affiche d’une soirée de Nouvel An Il ne faut pas confondre « appropriation culturelle » et « échange culturel », celui-ci survenant sur un pied d’égalité.


Culpabilité blanche

Souvent, les blancs éprouvent un sentiment de culpabilité à propos du racisme social. Parce qu’ils sont rarement confrontés à la tension raciale – en Occident, nous vivons dans une société majoritairement blanche –, ce sentiment peut basculer dans l’émotivité et une attitude excessivement centrée sur soi. A fortiori dans des conversations où l’on est confronté à l’ampleur et à la complexité du problème et à l’injustice structurelle qui y est associée, des réactions chargées d’émotion peuvent apparaître : « Comme ça me fait de la peine ! » ou « Ce n’est quand même pas de ma faute ? » au lieu de « Que doit-il se passer, et que puis-je faire ? »


Décolonisation

La colonisation a déplacé, opprimé et dépossédé de leurs richesses d’importants groupes d’individus. Outre la richesse matérielle, un véritable trésor d’histoire, de considérations scientifiques, de philosophie, d’art et de littérature a été perdu ou marginalisé. La pensée de l’Époque moderne a postulé que l’Occident était supérieur aux autres communautés « primitives » et ainsi légitimé des pratiques (néo-)coloniales en prétextant un projet culturel. Le terme « décolonisation » désigne les moyens par lesquels des individus remédient petit à petit à ces déséquilibres, allant de la lutte pour l’indépendance à la lutte contre le racisme contemporain et au rétablissement psychologique et mental des personnes qui en souffrent.


Innocence blanche

L’innocence blanche est la conviction selon laquelle la discrimination n’est pas tolérée dans notre société. Couleur blanche et Occident sont en effet associés à des valeurs progressistes, à la tolérance, à l’égalité des chances et à la liberté d’expression. Cela a pour effet secondaire que l’on peine à reconnaître l’existence de la discrimination, même sur preuve du contraire. La représentation et la participation inégales au débat public de personnes de couleur constitue une faiblesse, une incapacité à reconnaître que le racisme fait fondamentalement partie des sociétés occidentales. Cette incapacité est perpétuée par le déficit de voix de couleur dans le débat public. Un cercle vicieux d’innocence, donc.


Micro-agression

Comportement subtilement hostile, lié dans le présent contexte aux origines raciales ou ethniques d’un individu. La micro-agression est rarement consciente, mais peut être irritante, voire blessante. « D’où viens-tu vraiment ? » « Comme tu parles bien le français ! » « Nous avons encore besoin d’allochtones, tu peux nous aider ? » « Quand j’utilise le mot nègre, c’est ironiquement, donc j’ai le droit ! » Le dard est rarement dans les remarques mêmes, mais dans la conception du monde qui se cache derrière elles : les préjugés sur les hommes de couleur.


Privilège blanc

Le privilège blanc renvoie à un ensemble d’avantages automatiques, conscients ou non, que procure une peau blanche : savoir que l’on verra à l’écran des gens comme soi, qu’ils seront présentés de façon positive à l’image, que les cours d’histoire concerneront votre communauté, que personne ne vous surveillera dans un magasin, que vous ne serez pas confronté à la discrimination raciale sur le marché de la location ou du travail, et que vous pourrez prendre la parole en public sans que l’on vous taxe de « parler pour votre communauté » – ou encore : que vous serez entendu et considéré comme un individu doué d’opinions.


Racisme institutionnel

Le racisme institutionnel renvoie aux formes profondes, inconscientes et structurelles que le racisme a prises dans divers domaines de la société, des médias de masse au marché du travail. Ses racines historiques remontent à l’esclavage, la colonisation et la constitution des blancs et des noirs en catégories raciales.


Syndrome du sauveur blanc

Le motif du sauveur blanc est un modèle narratif narcissique dans lequel les personnes de couleur vivant dans ou issus des sociétés non occidentales sont tirées de situations critiques par des hommes blancs. Pensons aux films ‘Cry Freedom’, ‘Mississippi Burning’ ou même ‘12 Years a Slave’ (Brad Pitt sauve la mise !), ou encore aux clichés Instagram montrant des volontaires blancs d’ONG entourés d’enfants africains photogéniques souriants. Plus près de chez nous, nous associons au syndrome du sauveur blanc la propension des hommes blancs à majoritairement s’exprimer contre le voile des musulmanes sans bien savoir ce que les femmes concernées en pensent. 

Cookies
Kunstencentrum Vooruit maakt gebruik van cookies. Omdat wij jouw privacy willen waarborgen én de gebruiksvriendelijkheid van je bezoek aan onze website willen verbeteren. Wij vinden het belangrijk dat je weet hoe en waarom wij deze gebruiken.
Meer informatie over jouw privacy & cookies