Geschiedenis

La façade emblématique de Vooruit cache un passé très riche, une histoire de 100 ans de bonheurs et de malheurs. Curieux de connaître les chroniques de Vooruit ? A l’occasion de notre siècle d’existence, l’histoire de Vooruit a été mise en exergue dans le livre ‘Vooruit Gent 1913 - 2013’. Un éventail riche en Histoire et petites histoires, en images uniques et anecdotes surprenantes.

Cent ans d’histoire, c’est passionnant, mais cela peut aussi s'avérer assez long. Ci-dessous, nous avons tenté de résumer notre livr

 

La coopérative Vooruit

Nous commençons par le début, lorsque la coopérative gantoise Vooruit a été fondée en 1880, c’est elle qui construirait plus tard la Feestlokaal (Salle de Fêtes) de Vooruit.
La coopérative Vooruit est la véritable colonne vertébrale du mouvement socialiste gantois.

 

Même avant que Vooruit ne soit fondé (en 1880) les consommateurs et les producteurs en Belges et ailleurs avaient tenté l’expérience des coopératives afin de pourvoir à leurs besoins matériels à des conditions plus favorables. Le prototype de ce genre de coopérative étant la ‘Rochdale Equitable Pioneers Society’ en Angleterre. D’autres coopératives, y compris Vooruit en reprirent les principes : sur base de leur consommation, les membres recevaient une partie des bénéfices, les achats à crédit n’étant pas autorisés. Les socialistes gantois qui avaient fondé Vooruit, dont Anseele, voulaient entre autres se servir de cette coopérative pour convertir les masses au socialisme. Tout a commencé avec une boulangerie à l’auberge Zacheus : chaque adhérent pouvait y acheter des tickets de pain, qu’on pouvait échanger une semaine plus tard contre la vraie denrée. Le prix du pain était un peu plus élevé qu’ailleurs, mais les membres recevaient plusieurs fois par an une partie du bénéfice, en rapport au nombre de pains qu’ils avaient achetés. Ils recevaient ces bénéfices sous forme de bons avec lesquels ils ne pouvaient acheter que les produits de la coopérative – outre le pain, il y a très vite eu le café, des couvertures et des vêtements. Ce mécanisme a permis à Vooruit de se renforcer économiquement tout en permettant à ses membres d’économiser.
La boulangerie, le café, le magasin, la salle des fêtes et de réunion.

 


Très vite, l’auberge Zacheus a manqué de place et la coopérative a déménagé dans une ancienne usine près du marché aux fils (Garenmarkt), devenu aujourd’hui la place Edward Anseele. Outre la boulangerie, il y eut un café, un magasin de tissus et de vêtements, une bibliothèque avec une salle de lecture ainsi qu’une salle de réunions et de fêtes. Le bâtiment était un véritable refuge pour la famille socialiste gantoise, si souvent vilipendée.

1910: Construction de la Feestlokaal Vooruit

En 1910, Vooruit acheta une grande maison de maître ainsi que ses deux maisons avoisinantes dans la Sint-Pietersnieuwstraat. L’objectif était d’en faire une nouvelle salle des fêtes. Avec ce nouveau temple de la culture, les socialistes voulaient prouver qu’ils n’étaient pas des barbares en matière de culture, qu’ils se souciaient du développement spirituel des ouvriers. La coopérative désigna à Ferdinand Dierkens comme maître d’oeuvre, et les ouvriers eurent droit une immense maison du peuple.

 

  

 

Un bâtiment éclectique et complexe

Le résultat fut un bâtiment éclectique et extrêmement complexe avec un café-restaurant, une bibliothèque, une cuisine, des espaces de réceptions et la Theaterzaal (pour 1600 spectateurs) et la Concertzaal (pour 1000 spectateurs). Au-dessus de la scène de la  Theaterzaal les lettres en or arboraient la devise ‘L’art anoblit’, pour souligner l’objectif d’élévation spirituelle des ouvriers. Dans le vitrail du toit étaient inscrites les premières notes de l’Internationale, l’hymne le plus important des socialistes.

 

En 1914 les socialistes organisèrent pour la première fois leur banquet du 1 mai dans la salle de restaurant du premier étage, ce qui se transforma en tradition pour fêter leur anniversaire.

Vooruit Theaterzaal
Vooruit Theaterzaal
Vooruit Concertzaal
Vooruit Concertzaal
Vooruit Concertzaal
Vooruit Concertzaal

Deux guerres mondiales & l'entre-deux guerres

Pendant la première guerre mondiale, à partir d’octobre 1914, Gand fut une ville occupée, et les habitants durent supporter un régime d’occupation très dur. Pour beaucoup d’ouvriers, la Feestlokaal était le moyen d’échapper à la misère pour quelques moments. La dernière année de la guerre, les Allemands réquisitionnèrent la Feestlokaal (Salle des Fêtes), qu’ils transformèrent en Soldatenheim, leur lieu de résidence, et il semble qu’ils s’y soient très mal comportés.

 

Pendant l’entre-deux guerres, le bâtiment logea un grand nombre d’associations socialistes. Pendant les années 1930, le plupart des associations eurent du mal à conserver leurs membres. La crise économique était souvent citée comme cause de ce manque de fréquentation, qui mais la cause bien plus probable était le grand succès du cinéma.

 

Pendant la deuxième guerre mondiale, juste après l’invasion, les Allemands ont transformé la Feestlokaal (Salle des Fêtes) en Soldatenheim (maison des soldats). Le Cinéma Vooruit devint un Wehrmachtskino pour les soldats. Non seulement, les associations socialistes durent quitter les lieux, mais l’occupant les obligea en outre à mettre fin à nombre de leurs activités. Et pour compléter la métamorphose idéologique, des groupes d’extrême-droite qui collaboraient avec l’occupant furent autorisés à tenir leurs réunions dans la Feestlokaal.

 

Après la Libération, les Alliés transformèrent la Feestlokaal en espace de détente pour les troupes, qui pouvaient entre autres y assister à des films. Les Canadiens baptisèrent la Salle en « Café Québec ».

1946: Terugkeer van de bedrijvigheid

La coopérative Vooruit récupéra la Feestlokaal (Salle des Fêtes) en 1946. Le Cercle Multatuli, l’Harmonie Vooruit, les Rode Valken et tant d’autres organisations transformèrent à nouveau la Feestlokaal (Salle des Fêtes) en une véritable ruche d’activités. Il y eut aussi de nouveaux venus : les Amis d’Anseele, le Cercle d’Etudes Edward Anseele, l'association de femmes, ‘Samenwerkster’, le club de lecture ‘Boekuil’, ...

 

Café Dansant
Café Dansant
Vooruit Cinema - ingang
Vooruit Cinema - ingang
Turnclub in de Domzaal
Turnclub in de Domzaal
Turnclub in de Domzaal
Turnclub in de Domzaal
Banket in de Balzaal
Banket in de Balzaal

1970: Déclin du bâtiment et départ des associations 

Il y avait de moins en moins d’argent pour entretenir le bâtiment, et donc de plus en plus de salles inutilisées. L’eau infiltrait les murs et la sécurité incendie laissait à désirer. Beaucoup d’associations choisirent de quitter le bâtiment. Pendant les années 1970 le café était un des seuls endroits où il y avait encore du monde, mais ce n’était depuis bien longtemps plus un endroit très dynamique. 

1980: Le déblayage du bâtiment

Partout en Belgique, les Maisons du Peuple étaient logées à la même enseigne : les Coopératives peinaient à tenir la tête hors de l’eau. Il en résulta l’abandon et la transformation en ruines: certaines maisons populaires reçurent une nouvelle fonction, d’autres furent démolies. En 1982, quelques jeunes très motivés fondèrent le Centre socio-culturel Vooruit, chargé de rénover le bâtiment dans son ensemble et de l’exploiter comme centre artistique progressif ouvert au public. Ceux qui étaient à l’initiative du projet voulaient à tout prix se débarrasser de l’étiquette rouge et souhaitait donc que la Feeslokaal soit à tout prix "dépilarisée".

 

La jeune garde initia aussitôt le grand déblayage du bâtiment. Etant donné le grand pourcentage de chômage, il y avait assez de bénévoles pour évacuer des charretées entières de détritus.

 

 

Le 17, 18 et 19 septembre 1982, le bâtiment ouvrit à nouveau ses portes. Le public – équipé du casque de spéléologue – eut droit à des visites guidées dans de nombreux couloirs et salles. Il y eut des représentations, du théâtre, un bal pour les seniors, … Le weekend fut un succès, avec des milliers de visiteurs et une presse montrant un très grand intérêt. Les semaines suivantes, le Café connut à nouveau sa belle affluence d’antan, et devint le lieu de rencontre pour tous ceux qui à Gand qui se considéraient comme progressifs. Après quelques semaines, on organisa dans la salle du bas des concerts de rock et de pop.

 

Le nouveau Vooruit s’appuyait principalement sur des bénévoles. Pour remplir la caisse, les salles étaient louées pour des fêtes dansantes, des initiations à la danse, des leçons de musique et quantité d’autres activités. Les revenus étaient plus que nécessaires pour entretenir le bâtiment et développer une programmation propre. En 1983, la Feestlokaal fut inscrite sur la liste des monuments protégés, ce qui donna droit à des subventions pour sa restauration.

 

 

1988: Kunstencentrum Vooruit

En 1988 le ‘Socio-Cultureel Centrum’ (Centre Socioculturel) Vooruit a été rebaptisé ‘Kunstencentrum Vooruit’ (Centre d’Arts Vooruit). La propre programmation devait rayonner et mettre en avant une identité forte ; la politique artistique devint prioritaire. Les oeuvres innovantes de diverses disciplines artistiques se trouvaient au coeur de cette démarche. Plutôt que de continuer à exclusivement présenter des productions extérieures, Vooruit s’est mis à (co-)produire. Le bâtiment devint un atelier où artistes d’ici et d’ailleurs fabriquaient ensemble de nouvelles productions.

 

1993-2014: erkend kunstencentrum

 

Le décret sur les arts de la scène de 1993 mit Vooruit sur la liste des centres culturels officiellement reconnus et subventionnés, ce qui renforça la force financière de l’organisation, qui recruta du nouveau personnel et professionnalisa son fonctionnement.

 

Cause à des pièces innovantes comme 'Ten Oorlog' de la Blauwe Maandag Compagnie, choréographes comme Les Ballets C de la B, concerts de Nirvana, Red Hot Chili Peppers, ... Vooruit devint de plus en plus un centre du monde culturel et l’approche système D donna place à une logique plus entrepreneuriale. 

Ten Oorlog
Ten Oorlog
Ten Oorlog © Corneel Maria Ryckeboer
Ten Oorlog © Corneel Maria Ryckeboer
Nirvana in de Concertzaal © Goedefroit Music
Nirvana in de Concertzaal © Goedefroit Music

2013: 100 ans de Vooruit

Avec une centaine d’employés et près de 2000 activités annuelles attirant 350.000 visiteurs au cours des années 2000, le Kunstencentrum Vooruit est devenu une institution artistique majeure. Tout comme son prédécesseur – Feestlokaal van Vooruit – le Kunstencentrum Vooruit s’est affirmé en tant que lieu de rencontres, de culture et d’engagement social. L’inscription ‘Kunst veredelt’ (l’Art ennoblit) trônant au dessus de l’estrade de la Theaterzaal depuis un siècle peut paraître grandiloquente, elle restera la devise de Vooruit.

  

2017: Une Institution artistique de la Communauté flamande

Depuis le 1er janvier 2017, Vooruit est officiellement devenu une 'Vlaamse Kunstinstelling' (Institution artistique de la Communauté flamande(. Cela se traduit entre autres par une nouvelle mission, couplée de 6 principales lignes d’action : ‘support, experiment, connect, engage, reflect & celebrate’ ([soutien, expérimentation, connexion, engagement, réflexion, célébration(.

 

Texte © Servaas Lateur - un résumé du livre 'Vooruit 1913-2013'.